The Samsung Galaxy S22 Ultra has a prolific camera system that helps it compete with the best smartphones out there. This is because of the phone’s diverse — and what might seem grandiose to minimalists — camera rig, which includes a 108MP primary camera, a wide-angle sensor, a 3x telephoto, and a 10x periscope zoom camera.

Contenu

  • What are the benefits of shooting in RAW?
  • How RAW improves photography on Galaxy S22 Ultra
  • Stock Camera vs. Expert RAW on Samsung Galaxy S22 Ultra
  • Where Expert RAW on Galaxy S22 Ultra lacks
  • Conclusion

But on a phone that appeals to power users, settling for the default settings won’t be enough. What you want is to try the Pro-grade settings and features, including RAW photography. If you’re intrigued, here’s what to expect from these powerful features.

What are the benefits of shooting in RAW?

The Galaxy S22 Ultra makes best use of the Qualcomm Snapdragon 8 Gen 1 chipset and its powerful image signal processor and AI engine, plus Samsung has specially tuned the 108MP”s camera software for great results in almost any conditions. But what we’re looking at here is the software.

Anyone who has spent sufficient time fiddling with cameras would have heard of the term “RAW.” A RAW file is the equivalent of the negative on a film roll. It is an unprocessed version of an image and is only minimally compressed. While RAW images take up significant amounts of storage, it also allows the picture to retain more detail than the type of JPEG or a PNG image the camera usually saves.

The details stored in a RAW file allow you to improve the image through editing, giving them a different mood or changing the ambiance dramatically. Simply put, RAW has the same effects on photographs as Red Bull has on your adrenal glands.

Next, I will take you through my experience shooting in RAW on the Galaxy S22 Ultra and why I would recommend it to everyone who finds themselves limited by the shooting capabilities of the phone’s stock camera mode.

How RAW improves photography on Galaxy S22 Ultra

I don’t mean to imply that images shot in JPEG are always bad — or at least worse than those caught in RAW. JPEGs are preprocessed images that look great for our smartphones, and are perfect to upload on social media. So if you want to quickly add a filter or do some minor editing, JPEGs are the best choice.

Images saved in JPEG format are compressed after being shot to preserve storage space. But in doing so, the camera compromises on details, especially in the areas of the image that are poorly lit or underexposed. However, many of those details are preserved in a RAW file, but to exploit them, you normally have to be adept at tools like Photoshop’s Camera RAW or Adobe Lightroom.

Thankfully, Samsung provides an additional camera app called Expert RAW, that’s exclusively available on only some of its top-tier devices. In the Expert RAW app, you get an interface identical to the stock Camera app’s Pro Mode, but instead of images saving as JPEG files, they’re saved as RAW files.

Stock Camera vs. Expert RAW on Samsung Galaxy S22 Ultra

I am using a set of comparable images I took using the stock Camera app and the Expert RAW app on the Galaxy S22 Ultra, while walking around an 800-year-old World Heritage Site — the Qutab Minar — in New Delhi, India. To demonstrate how RAW photographs give you the ability to transform an image significantly, I will use sets of at least three pictures. Each set includes one JPEG captured using the main Camera app, an unedited version of the photo taken with Expert RAW, and one or more edited versions of the same RAW file.

So that you can enjoy all the images without any compression, click on each photo in the gallery below. I have also included them in a Flickr gallery at the end of this section for a better overview.

Image 1: Seeking the sky

The first set of images taken with the primary camera on the Galaxy S22 Ultra capture the minaret and the surrounding landscape in its glory. Both images retain just enough details for you to view them on a phone screen and not witness any tearing. The tree’s twisty trunk is visible in both, and so are the bricks used in the structures far behind it. Admittedly, the unedited RAW appears relatively darker, with shadows blending the tree’s leaves into one while the contrast on the minaret gives it extra noise.

Galaxy
Now, look at the edited version of the same image. The sky has been highlighted beautifully, making the capital city’s gruesome pollution almost invisible. The brickwork on the minaret and the surrounding buildings have been highlighted well, whereas most of the details on the trees have been restored. In addition, the warmer greens and brighter yellows give the image a suitable summer afternoon look.

Image 2: Inside (to) out

L’ensemble d’images suivant montre l’une des entrées du complexe central de la tour. Les sculptures complexes sur ces murs de grès rouge vous téléportent au 13ème siècle.

Le JPEG ci-dessous utilise HDR pour conserver le ciel bleu et quelques détails sur la structure en forme de dôme à l’extérieur mais manque de détails. Il semble également pâle et blanchi dans le HDR par rapport aux crus à côté. Ce dernier conserve plus de détails et des tons plus chauds sur le mur de pierre du soleil d’or en or, mais l’arc sous le dôme et l’arbre à l’extérieur deviennent fusionnés avec le ciel surexposé.

La troisième image est ma première modification du fichier brut. La lumière a été délibérément réduite tout en conservant la chaleur pour un effet plus dramatique. Le dôme à l’extérieur a été restauré pour montrer son haut. Cela a été réalisé sans aucun compromis dans les détails.

Mais il y a aussi une approche alternative. L’image ci-dessous est ma deuxième modification du même fichier brut, et celui-ci se concentre sur un look plus dynamique. Cela tente d’inverser ce que les siècles d’oxydation ont fait à la paroi du calcaire rouge. Pendant ce temps, le dôme et l’arbre à l’extérieur complètent le ciel bleu sans le fusionner.

Bien que je préfère le premier montage, je crois que le second aura aussi ses preneurs.

Image 3: Atteindre le ciel

L’ensemble d’images suivant montre un mélange de cultures différentes. Les structures et les piliers au premier plan ont été construits plus de 150 ans avant le minaret en arrière-plan.

Le JPEG non édité et RAW, dans ce cas, capturent les structures à l’avant jusqu’à la perfection tout en lavant légèrement les couleurs sur le mur de briques derrière. La tour en arrière-plan apparaît également légèrement décolorée sur les deux photos.

Avec un montage minimal, les couleurs de la tour ont été restaurées et sa netteté s’est améliorée sans augmenter considérablement les ombres dans l’image. Je dois admettre que la caméra en stock de Samsung fait également un travail tout aussi bon produisant une image bien définie de la structure à l’avant. Le choix de la température de couleur ici sera subjectif, donc je vous laisse la décision.

image 4: reliques

Ces images se concentrent principalement sur la sculpture sur l’un des piliers indiqués ci-dessus. Les deux images non éditées capturent de bons détails. Cependant, parce que le pilier fait face à l’ouest, la caméra capture naturellement une couleur plus chaude que la couleur d’origine en forme de rouille.

Dans mon choix de modifications pour le fichier brut, je donne la priorité à la restauration de la couleur naturelle du pilier tout en choisissant une nuance plus fraîche pour rendre l’image plus agréable au goût.

Image 5: Au revoir

Mon prochain set capitalise sur la capacité de la caméra à tourner directement au soleil. Cela a été pris à près de 19 h. Le soir, et les rayons du soleil couchant trempent tout ce qui coïncide avec leur chemin. Le JPEG compromet ici la visibilité du soleil pour éclairer les ombres, tandis que la luminosité du soleil entraîne également la diffraction des rayons du soleil le long du bord du minaret derrière les piliers de pierre.

Les bruts non édités capturent le soleil relativement mieux mais au détriment des ombres de gradateur et une arche délavée près du soleil.

Les réparations brutes modifiées cela en augmentant la luminescence des ombres, améliorant la netteté de l’arc en arrière-plan et les feuilles dans la même zone de l’image. Non seulement cela, mais si vous regardez de près, vous pouvez également voir les inscriptions sur le minaret plus clairement dans cette version.

Image 6: Le portrait

Pour cette prochaine série d’images, j’ai demandé à ma femme de prendre des photos de portraits avec la caméra téléobjectif 3X sur le Galaxy S22 Ultra. La première image de l’ensemble a un flou d’arrière-plan car il est conforme aux paramètres par défaut du mode portrait. Notamment, le flou se sent trop agressif et presque comme si je me tenais devant un faux fond-et je n’aime certainement pas le résultat.

De plus, les deux versions non éditées ont un ton beaucoup plus chaud en réponse au soleil brillant.

Pour l’image éditée, je suis allé pour des blancs plus neutres (voir le texte sur le t-shirt), ce qui m’a également aidé à récupérer la couleur des piliers sans affecter mon teint. Enfin, j’ai apporté l’image brute éditée à Photoshop et j’ai ajouté un flou d’arrière-plan pour rendre le portrait plus réaliste et attrayant-et je suis satisfait des résultats.

image 7: décollage

Les images suivantes capturent le minaret illuminé à une distance éloignée au crépuscule. Le JPEG non édité illumine la tour pour capturer un ciel plus brillant que d’actualité tout en assombrissant les ombres. Le brut non édité offre un meilleur contraste, mais le ciel a l’air trop gris et gluant à cause du smog dans l’air. Les jaunes de la lumière ambrée sur le sol sont conservés sur les feuilles, mais il a encore besoin d’améliorations.

C’est l’un de mes photos préférées, et c’est pourquoi je suis allé pour un look plus dramatique. Dans le brut édité, j’ai fixé la couleur du ciel et émoussé intentionnellement les ombres pour me concentrer sur le minaret. Les jaunes saturés lui donnent une apparence plus attrayante, diluant les détails. Si vous vous interrogez sur mon choix du décollage du titre, le Minaret ressemble à une fusée, avec différentes galeries la divisant en sections.

Image 8: Traitement sucré

Après une journée de marche, tout le monde est médicalement tenu de reconstituer sa glycémie-du moins, c’est l’excuse que je me suis donnée pour pouvoir chérir ce délicieux granita garni d’une guimauve. Notamment, l’éclairage d’humeur chaude du restaurant rend le dessert réellement rose semblable à du sable et peu recommandable.

Pour résoudre ce problème, j’ai restauré les tonalités du granita à sa couleur réelle tout en ajoutant une nuance plus fraîche à l’arrière-plan léger pour aider ses couleurs à sortir tout en rendant la guimauve plus naturelle.

Si vous souhaitez regarder toutes ces images en qualité supérieure, vous pouvez les trouver dans cette galerie Flickr.

où l’expert cru sur Galaxy S22 Ultra manque

Bien que j’aie des louanges sur la façon dont l’expert RAW améliore la qualité des images ci-dessus, je dois souligner certaines limites. Premièrement, l’échelle ISO est limitée à un minimum de 50, tandis que la caméra d’origine peut capturer des images à des valeurs ISO beaucoup moins inférieures. Si vous vous demandez pourquoi cela compte, ISO supérieur se traduit par plus de bruit dans les parties les plus sombres de l’image. L’augmentation de l’ISO augmente l’exposition dans l’image, mais elle se fait également au détriment des détails. De plus, une ISO inférieure permet à la caméra d’origine de capturer une plage dynamique plus élevée, en particulier lorsqu’il existe une différence significative d’éclairage entre les parties brillantes et les parties DIM d’un cadre.

L’autre limitation est que la seule façon de prendre des images sans bruit en basse lumière est de diminuer la vitesse d’obturation-ou d’augmenter le temps auquel le capteur de la caméra est exposé à la lumière. À moins que vous n’utilisiez un trépied, même la moindre vibration peut brouiller l’image, compromettant vos efforts. D’un autre côté, l’application de caméra stock prend une série d’images à une vitesse d’obturation élevée, mais différents niveaux d’ISO, puis les superpose pour un tir nocturne plus précis. Donc, à moins que vous n’ayez la patience de prendre plusieurs images à l’aide d’un trépied, puis de les superposer manuellement, vous êtes désavantagé avec la caméra RAW-ou toute application avec un mode Pro, d’ailleurs.

Conclusion

Un avantage de mon travail en tant que critique de technologie est que je peux essayer d’innombrables téléphones, et prendre des images avec eux est à la fois une aubaine et une responsabilité. De tous les téléphones que j’ai utilisés au cours des derniers mois, je trouve que le Galaxy S22 Ultra est le meilleur interprète dans la plupart des scénarios, en cliquant sur des images de haute qualité qui peuvent aller sur mes réseaux sociaux, souvent sans aucun montage.

Cependant, l’envie du millénaire de me surpasser et de brandir mes compétences continue de se glisser. C’est à ce moment que je me tourne vers le mode brut sur le Galaxy S22 Ultra. Je crois que les exemples que j’ai partagés ci-dessus sont suffisamment convaincants pour montrer que la caméra brute sur le Galaxy S22 Ultra fait une différence significative et aide les images à se démarquer, étant donné que vous avez la patience de s’asseoir et de les modifier.